39e COMPAGNIE AUTOMOBILE

D'AEROSTIERS DE CAMPAGNE

--------------

Ordre Général N°44

Le Général Maistre commandant le 21e Corps d'Armée cite à l'Ordre du jour:

La 39e Cie d'Aérostiers,

Donne un exemple constant de courage et d'heureuse initiative. N'a pas hésité, à deux reprises différentes, pour mieux voir et mieux règler le tir de nos batteries, a se poster avec son ballon et ses cerfs-volants a très courte distance des lignes allemandes. Y a stationné longuement, concourant à des réglages sous le tir convergent de trois batteries allemandes.

Le Sergent Tourtay observateur en ballon (39e Cie d'Aérostiers) a déja rendu de très grands services dans plusieurs armées par la constance de ses observations et l'exécution de nombreux réglages. Est resté en station toute une après-midi a distance très rapprochée des lignes. A exécuté deux réglages consécutifs sous le feu de trois batteries ennemies. A concouru, avec l'observateur d'un autre ballon, à la destruction méthodique d'importants ouvrages allemands.

Le Caporal Garcia Calderon de la 39e Cie d'Aérostiers s'est élevé pour la première fois en cerf-volant, est resté 3h30mn en observation dans la nacelle à 2500m des lignes allemandes. A réglé le tir d'une batterie de 75 située à 1000m en arrière de lui, et dont les obus passaient dans le voisinage immédiat des cables supportant la nacelle.

Le 23 avril 1915.

Le Gl Commandant le 21e CA

Signé: P. Maistre

Félicitations du Chef de Bataillon.

 


BIOGRAPHIE SOMMAIRE DU GENERAL PAUL MAISTRE.

(d'après un article de J.J. Simonneau et D. Desnouveaux, in "Racines Haut-Marnaises", 2e trim. 2002, page 10)

 

Né à Joinville (52. Rue du Grand Pont) le 20 juin 1858, décédé à Paris en 1922 (Hôpital St Jacques). Inhumé à Bourbonne-les-Bains (commune de résidence).

Ancien élève du petit séminaire de Langres (52), de Saint-Cyr (major de la promotion 1877), de l'Ecole de Guerre (où il fut professeur).

Lieutenant-colonel à Nancy au 7e RI, colonel à Châlons en 1909 au 106e RI, général de brigade en 1913.

Participe aux batailles de Verdun et de la Somme en qualité de commandant du 21e corps. Commande la VIe armée en juin 1917, et remporte, le 22 octobre, la victoire de la Malmaison (qui obligea l'ennemi à abandonner le Chemin des dames et à se retirer derrière l'Ailette, laissant 12000 prisonniers et 200 canons).

Le 10 juin 1918, il est nommé commandant d'un groupe d'armées participant à la deuxième victoire de la Marne, et est élevé à la dignité de Grand officier de la légion d'Honneur.

Début 1920, il est inspecteur général de l'Infanterie.

Petit cousin du maréchal Fayolle.

Joinville, sa ville natale lui a érigé un monument (au Petit Bois, face au château du Grand Jardin), inauguré par le maréchal Franchet d'Esperey.

 

 

Document original>>

(Très certainement une copie manuscrite gardée en souvenir)

Citation>>

Retour à la page d'accueil

Sommaire